);
BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION
Accueil/ACTUALITÉS/La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine enfin restaurée et fin prête pour un nouveau chapitre de son histoire

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine enfin restaurée et fin prête pour un nouveau chapitre de son histoire

Le Groupe Brivia et le Groupe Tianco sont heureux d’annoncer que la maison Louis-Hippolyte-La Fontaine a enfin retrouvé l’aspect architectural qu’elle avait au moment où l’ancien premier ministre du Canada-Uni l’habitait en 1849. Abandonnée pendant plus de 30 ans, l’une des plus anciennes maisons de Montréal est maintenant prête pour un nouveau chapitre de son histoire au terme d’une méticuleuse restauration qui a duré près de six ans.

« La restauration de la maison Louis-Hippolyte-La Fontaine est un projet remarquable qui traduit mon attachement et celui du Groupe Brivia pour Montréal. Je suis très fier du travail d’équipe accompli pour préserver ce joyau du patrimoine montréalais. En collaboration avec la Ville, les experts du patrimoine et les architectes, toutes les personnes affectées au projet étaient motivées par la même volonté de redonner au bâtiment ses lettres de noblesse. L’attention portée à chacun des détails témoigne du respect de la valeur patrimoniale, historique et architecturale que nous accordons à ce bâtiment du 19e siècle. La maison qui a retrouvé son lustre d’antan dans un quartier du centre-ville en plein développement est maintenant prête pour une nouvelle vie », déclare M. Kheng Ly, président et chef de la direction du Groupe Brivia.

Valeur patrimoniale

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine présente un intérêt patrimonial par sa valeur historique, symbolique et architecturale. La maison de trois étages a une superficie brute de quelque 5 970 pieds carrés et se démarque par des éléments caractéristiques de deux styles architecturaux : néoclassique et Second Empire. Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant : Immeuble patrimonial cité sous le nom de maison Louis-Hippolyte-La Fontaine.

« Nous sommes privilégiés d’avoir participé à la conservation de ce témoin important de l’histoire de Montréal, du Québec et du Canada. Étant donné les multiples transformations qu’a subies le bâtiment (d’abord villa, puis édifice à logements et maison de chambres), les premières étapes nous ont permis de déterminer l’époque de référence pour sa restauration. On peut aujourd’hui admirer la maison telle qu’elle était à l’époque de Louis-Hippolyte La Fontaine, premier Canadien francophone à devenir premier ministre du Bas-Canada », explique Anik Shooner, architecte associée principale de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, firme responsable du projet.

« Les travaux ont été complexes et délicats. La maison a été démontée et les pierres numérotées afin de pouvoir la reconstruire à l’identique. Les pierres fissurées ont été consolidées grâce à des techniques de restauration éprouvées. Les marques d’impact des projectiles tirés sur la façade par les émeutiers ont été conservées. Ce travail minutieux nous permet aujourd’hui de préserver l’une des rares traces d’une époque où le centre-ville de Montréal était composé de vastes jardins et de leur villa », ajoute Mme Shooner.

Ainsi, très peu d’éléments de pierre ont été remplacés. Les murs de côté en brique et crépi ont été refaits de la même façon qu’à l’époque. Enfin, pour faire un clin d’œil au verger d’origine, des pommetiers décoratifs ont été plantés sur le terrain qui s’étend sur plus de 17 000 pieds carrés.

Histoire marquante

La maison Louis-Hippolyte-La Fontaine revêt une grande valeur historique. Elle a été le théâtre d’événements marquants qui ont fait perdre à Montréal son rôle de capitale du Canada-Uni.

En 1849, Louis-Hippolyte La Fontaine a réclamé que les citoyens francophones qui avaient vu leur maison, leurs biens brûlés ou détruits lors de la rébellion des patriotes de 1837-1838 soient indemnisés, comme l’avaient été ceux du Haut-Canada anglophone. Cette demande a créé du mécontentement dans la population, surtout celle d’origine britannique, et a provoqué d’importantes émeutes. Les manifestants ont incendié le Parlement du Canada-Uni, à la place D’Youville, et s’en sont pris à la maison de La Fontaine. À deux reprises, le politicien a réussi à échapper à des attaques contre sa résidence.

Rappelons que Louis-Hippolyte La Fontaine a dirigé, avec Robert Baldwin, le premier gouvernement responsable du Canada. Il est un pionnier de la démocratie au pays et a fait en sorte que les députés puissent s’exprimer en français au Parlement.

2020-10-13T12:19:03-04:00ACTUALITÉS|
Go to Top