BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION
//L’accessibilité à la propriété au Canada n’a jamais été aussi faible depuis 1990, selon Services économiques RBC

L’accessibilité à la propriété au Canada n’a jamais été aussi faible depuis 1990, selon Services économiques RBC

Au troisième trimestre de 2017, les coûts de propriété en hausse à Vancouver, Toronto et Victoria ont repoussé l’accessibilité à la propriété au Canada à ses pires niveaux depuis 1990, selon le plus récent rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié par Recherche économique RBC.

La mesure globale d’accessibilité à la propriété au Canada de RBC a augmenté pour un neuvième trimestre consécutif pour s’établir à 48,7 % au troisième trimestre. L’accessibilité à la propriété est calculée comme la part du revenu des ménages qui serait requise pour soutenir les coûts de propriété au prix du marché. Une augmentation de la mesure représente une diminution de l’accessibilité à la propriété.

La région de Vancouver a connu la détérioration la plus marquée de l’accessibilité parmi les principaux marchés du Canada, la mesure atteignant un niveau jamais vu au pays avec un taux de 87,5 % (en hausse par rapport au 82,6 % au deuxième trimestre). Entre-temps, la mesure d’accessibilité à Toronto a augmenté pour un treizième trimestre consécutif pour atteindre un record de 78,4 % (en hausse par rapport à 77,1 % au deuxième trimestre).

L’accessibilité a continué de se détériorer à Victoria, et la mesure globale de RBC a atteint un niveau record de 61,5 % pour la région (en hausse par rapport à 58,8 % au deuxième trimestre). Cela représente la deuxième plus importante augmentation par rapport à l’an dernier pour tous les marchés suivis par RBC. En dépit de la détérioration, l’économie de Victoria est florissante comme en témoignent une création d’emploi constante et un taux de chômage parmi les plus bas au pays. Ces facteurs sont positifs pour le marché du logement.

Si le portrait d’ensemble de l’accessibilité au Canada est biaisé par l’évolution des marchés les plus coûteux, la détérioration a néanmoins été généralisée au troisième trimestre (la mesure de RBC étant en hausse dans tous les marchés, sauf à Saint John). L’accessibilité s’est dégradée à Ottawa et à Montréal ; les mesures s’étant orientées au-dessus de leur moyenne respective à long terme. Toutefois, dans les Prairies et dans la région de l’Atlantique, l’accessibilité à la propriété n’est pas un obstacle majeur autant que d’autres facteurs économiques.

Des taux d’intérêt plus élevés pourraient avoir des répercussions considérables sur l’accessibilité à la propriété au Canada. Nous prévoyons que la Banque du Canada ajoutera aux hausses de 2017 en augmentant à trois reprises son taux à un jour en 2018. Tous les marchés seraient touchés, mais l’effet serait davantage ressenti sur les marchés où les prix sont élevés.

Crédit photo : Groupe CNW/RBC Groupe Financier
2018-01-11T09:42:53+00:00 ANALYSE DE MARCHÉ|