BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION
//Le prix des propriétés récréatives au Canada appelé à s’apprécier de 5,8 % en 2018

Le prix des propriétés récréatives au Canada appelé à s’apprécier de 5,8 % en 2018

D’après un sondage effectué aux quatre coins du pays auprès des spécialistes des propriétés récréatives de Royal LePage, le marché des propriétés récréatives est fin prêt pour une croissance saine à un chiffre en 2018, étant donné que les acheteurs d’un bout à l’autre du pays affluent vers les lacs et rivières, littoraux et flancs de montagne à la recherche d’une résidence secondaire pour y passer leur retraite ou y élever leurs enfants.

Si l’on anticipe l’état du marché d’ici la fin de l’été, le prix d’une propriété récréative au Canada devrait augmenter de 5,8 pour cent sur 12 mois pour atteindre 467 764 $. En examinant les provinces de plus près, nous nous attendons également à ce que la majorité d’entre elles observent une forte hausse des prix, l’Ontario et l’Alberta ouvrant la voie avec des augmentations de 10,4 pour cent et 8,9 pour cent sur 12 mois pour atteindre 535 885 $ et 770 100 $, respectivement. Seules trois régions devraient connaître une dépréciation de la valeur des propriétés récréatives. Selon nos prévisions, le Canada atlantique (228 754 $) et la Colombie-Britannique (531 333 $) verront leurs prix baisser de 7,5 pour cent et 2,8 pour cent, respectivement, tandis que le Manitoba (230 833 $) restera essentiellement au même niveau avec une baisse de 0,9 pour cent pour la même période.

Entre-temps, affichant un prix de l’agrégat prévu de 290 271 $, le marché des propriétés récréatives au Québec devrait connaître une croissance saine étant donné que l’économie robuste et diversifiée de la province incite de nombreux acheteurs à quitter les grands centres urbains pour aller s’installer dans des régions récréatives plus rurales. D’après le sondage, 43,8 pour cent des répondants du Québec croient que le nombre d’acheteurs cherchant à faire l’acquisition d’une propriété récréative comme première maison s’accroîtra cette année en comparaison de l’année dernière. Au Québec, les prix devraient connaître une croissance saine en 2018, augmentant de 2,8 pour cent sur 12 mois pour atteindre 290 271 $ d’ici la fin de l’été. Abritant des propriétés comptant parmi les plus abordables dans des emplacements uniques, en particulier lorsqu’on prend en compte les attraits locaux, les ventes dans la province devraient croître tout au long de l’année (50,0 pour cent). Fait intéressant, plus du quart des répondants (28,1 pour cent) ont indiqué que les acheteurs étrangers représentent une frange de 5,0 à 10,0 pour cent du marché des propriétés récréatives de la province. Un total de 43,8 pour cent des personnes interrogées prédisent même que ce pourcentage augmentera d’ici la fin septembre 2018. Cette cohorte d’acheteurs étrangers, croit-on, en plus des acheteurs nationaux, ont l’intention de louer les propriétés achetées pendant l’année afin de mieux les rentabiliser (62,5 pour cent). « Malgré les importantes disparités de prix au sein des marchés immobiliers récréatifs du Québec, la variété de propriétés abordables de pair avec la qualité de vie de classe mondiale et ses emplacements magnifiques, en font une destination de premier rang pour plusieurs acheteurs de résidence secondaire potentiels », a affirmé François Léger, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Humania. « Alors que Mont-Tremblant a la réputation d’être une destination internationale pour des acheteurs de propriété récréative potentiels cherchant à s’établir dans des résidences secondaires haut de gamme, d’autres marchés comme la Petite-Nation en Outaouais, ou Memphrémagog, offrent des propriétés récréatives plus abordables qui attirent des acheteurs locaux », a-t-il ajouté.

Crédit photo : Services immobiliers Royal LePage-Groupe CNW
2018-06-14T13:17:46+00:00ANALYSE DE MARCHÉ|