);
BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION

Les prêteurs de l’immobilier seront plus prudents en 2021, mais les capitaux demeureront abondants

Un nouveau sondage annuel de CBRE révèle que les transactions exigeant un financement en 2021 seront accueillies avec plus de prudence dans la foulée de la pandémie et de l’évolution des préférences des entreprises et des consommateurs. Toutefois, les capitaux consacrés à l’immobilier resteront abondants, quoiqu’un peu mieux ciblés selon leur nature.

En dépit de la conjoncture économique, très peu de prêteurs songent à réduire leurs attributions au secteur de l’immobilier en 2021, selon le Rapport des prêteurs de l’immobilier commercial au Canada de CBRE, qui analyse les réponses des prêteurs canadiens et étrangers à un sondage de 33 questions. Le sondage, qui vise à évaluer la confiance des prêteurs envers l’immobilier commercial, fournit aux emprunteurs un aperçu de ce qui les attend s’ils souhaitent recourir au crédit pour investir dans l’immobilier commercial.

« L’année 2020 s’est déroulée sous le signe de grandes perturbations auxquelles l’immobilier n’a pas échappé », résume Carmin Di Fiore, vice-président exécutif de CBRE Financement, Marchés des capitaux. Les perspectives de certaines propriétés n’ont pas été affectées alors que d’autres sont mouvantes. Il se pourrait donc qu’on doive attendre un certain temps avant qu’une nouvelle normalité s’établisse. Dans l’ensemble, les prêteurs font toutefois confiance aux perspectives de l’immobilier canadien et ont la volonté d’assurer un contexte de financement liquide et raisonnablement capitalisé à l’avenir. »

Voici les trois grandes tendances qui se dégagent du Rapport des prêteurs 2020 :

1. L’offre de capitaux demeure intacte : Notre sondage révèle que 57,1 % des prêteurs chercheront à maintenir leurs positions existantes dans l’immobilier, et 40,0 % d’entre eux visent à rehausser leurs positions en 2021. En outre, du point de vue des dollars absolus déployés, aucun prêteur ne prévoit de réduire l’importance de ses capitaux en prêts immobiliers pour 2021.

2. Tout dépend du type de propriétés : Les prêteurs sont davantage préoccupés par les hôtels, les centres commerciaux régionaux des marchés secondaires et les établissements de loisirs et de restauration. Les immeubles de bureaux au coeur des centres-villes, que favorisent généralement les prêteurs, sont aujourd’hui devenus un motif de débat pour eux, puisque les politiques sur le télétravail mettent à rude épreuve l’avenir des immeubles de bureaux. À l’autre bout du spectre, les immeubles de logements locatifs, les bâtiments industriels et les centres commerciaux arrimés à des supermarchés sont intimement liés, puisqu’il s’agit des types de propriétés qui inspirent le plus la confiance des prêteurs.

Les trois principaux types de propriétés qui préoccupent les prêteurs :

  • Les hôtels : 77 % des prêteurs s’en inquiètent, une hausse de 51,1 % depuis le sondage mené en 2019.
  • Les centre commerciaux régionaux (dans les marchés secondaires) : 74 %, une hausse de 15,6 % depuis 2019.
  • Le commerce de détail (établissements de loisirs et de restauration) : 69 %, une hausse de 29,4 % depuis 2019.

Les trois types de propriétés qui préoccupent le moins les prêteurs :

  • Les logements locatifs : 3 % des prêteurs s’en inquiètent, une hausse de 0,7 % depuis le sondage mené en 2019.
  • Les installations industrielles : 3 %, une baisse de 1,5 % depuis 2019.
  • Les centres commerciaux arrimés à un supermarché : 3 %, une baisse de 8,0 % depuis 2019.

3. Pleins feux sur les principaux marchés : Sur le plan géographique, les prêteurs ont manifesté le plus grand intérêt pour les transactions dans la région du Grand Toronto, puis à Vancouver, Montréal et Ottawa. Par contre, l’offre de capitaux pourrait être à nouveau tendue en Alberta, région dont le secteur de l’énergie continue de chanceler. Pour la plupart des prêteurs, le financement immobilier à Calgary et Edmonton dépendrait du type de transaction ou de relation avec le prêteur.

Les cinq villes où les prêteurs sont les plus enclins à consentir des prêts :

1) Grand Toronto : 74,3 %, en baisse de 4,0 % par rapport à 2019.
2) Vancouver : 60,0 %, en hausse de 10,0 % par rapport à 2019.
3) Montréal : 51,4 %, en hausse de 5,7 % par rapport à 2019.
4) Ottawa-Gatineau : 45,7 %, en baisse de 6,5 % par rapport à 2019.
5) Région de Waterloo : 22,9 %, en baisse de 1,0 % par rapport à 2019.

Téléchargez le Rapport des prêteurs de l’immobilier commercial au Canada 2020 en cliquant ici.

2020-11-27T12:26:19-05:00ANALYSE DE MARCHÉ|
Aller en haut