BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION
//Royal LePage entrevoit une augmentation des prix saine pour le marché des propriétés de prestige dans la région du Grand Toronto, dans la région du Grand Montréal et à Ottawa

Royal LePage entrevoit une augmentation des prix saine pour le marché des propriétés de prestige dans la région du Grand Toronto, dans la région du Grand Montréal et à Ottawa

  • Le marché des appartements en copropriété de luxe de la région du Grand Toronto a connu la plus forte augmentation de prix à l’échelle des cinq plus grandes villes canadiennes sur une période de douze mois.
  • On s’attend à ce que le marché des propriétés de luxe de la région du Grand Montréal connaisse le plus haut taux d’appréciation des prix au cours des douze prochains mois, parmi les cinq plus grandes villes canadiennes.
  • Selon les prévisions, le prix médian d’une maison de prestige dans la région du Grand Vancouver chutera de 7,1 %, ou approximativement 410 000 $.
  • Le prix des maisons de luxe de Calgary se stabilise et affiche une légère augmentation, alors que le prix des appartements en copropriété de prestige reste stable sur une période de douze mois.
  • Le marché des propriétés de prestige d’Ottawa affiche une augmentation saine sur une période de douze mois.

Le prix médian d’une propriété luxueuse dans la région du Grand Toronto, dans la région du Grand Montréal et à Ottawa a connu une augmentation saine au cours des douze mois précédant le 31 janvier 2019, comparativement à la même période l’année précédente1. Les appartements en copropriété de luxe de la région du Grand Toronto ont affiché la hausse de prix la plus importante par rapport à l’année précédente, soit une augmentation de 10,2 % pour atteindre 2 268 571 $. En deuxième position, on retrouve les appartements en copropriété de prestige de la région du Grand Montréal, dont le prix médian a crû de 8,4 % d’une année à l’autre, pour se chiffrer à 1 295 401 $.

« Pour une deuxième année consécutive, le prix des appartements en copropriété de luxe de Toronto et de Montréal a augmenté de façon significative et on s’attend à ce que cette tendance se poursuive en 2019, mais à un rythme plus modéré à Toronto », affirme Kevin Somers, chef des opérations des Services immobiliers Royal LePage ltée.

Parmi les cinq plus grandes villes canadiennes, seule la région du Grand Vancouver a affiché un déclin quant aux prix médians des propriétés de luxe. La vente de propriétés de luxe a grandement chuté au cours des deux dernières années, une tendance qui a pour origine l’introduction de mesures pour refroidir le marché de l’immobilier dans la région en 2016. La valeur des propriétés de luxe a connu un déclin mais demeure remarquablement stable alors que plusieurs Vancouvérois refusent de vendre à rabais. Exaspérant la demande, les ressortissants chinois, un groupe démographique important dans le segment du luxe, ont fait face à des restrictions limitant leur capacité de transférer leur richesse au Canada.

Bien que les activités de vente soient demeurées au ralenti en 2018 dans la région du Grand Vancouver, les ventes de maisons luxueuses dans la région du Grand Toronto ont augmenté de 3,6 % d’une année à l’autre pour la période de référence s’étalant du 1er juin 2018 au 31 janvier 2019. Toutefois, les faibles activités de vente du printemps 2018 observées dans la région du Grand Vancouver et dans la région du Grand Toronto ont engendré une baisse des ventes de maisons de luxe de 50,5 % et de 40,0 %, respectivement, au cours de la période de 12 mois se terminant le 31 janvier 2019. Pendant la même période, les ventes d’appartements en copropriété de luxe dans la région du Grand Vancouver ont décliné de 32,2 %, alors que celles de la région du Grand Toronto ont diminué de 3,4 %.

« Comparativement à l’an passé, nous nous attendons à une augmentation des activités de vente dans l’immobilier de luxe dans la région du Grand Vancouver et dans la région du Grand Toronto », dit M. Somers. « La réduction des prix et la grande sélection de propriétés sur le marché de la région du Grand Vancouver devraient stimuler l’activité. Dans la région du Grand Toronto, on s’attend à un retour à la normale quant aux activités de vente, ce qui représente une nette amélioration comparativement aux ventes du printemps dernier. »

Région du Grand Toronto

Le prix médian d’un appartement en copropriété de luxe dans la région du Grand Toronto surpasse celui des maisons et appartements en copropriété de prestige dans les cinq plus grandes villes canadiennes; la forte baisse des ventes de maisons luxueuses par rapport à l’année précédente s’est limitée au marché printanier de 2018.

Les prix des maisons luxueuses dans la région du Grand Toronto connaissent à nouveau une saine augmentation, ce qui indique que l’incidence des mesures visant les acheteurs étrangers dans le cadre du plan de l’Ontario pour le logement équitable a maintenant été absorbée par le marché des propriétés de luxe. Bien que les acheteurs étrangers constituent un petit segment de la clientèle dans la région, l’introduction de mesures avait réprimé la confiance des acheteurs locaux, refroidissant ainsi la croissance des prix des maisons.

Le prix médian d’une maison de luxe a augmenté de 3,1 %, pour atteindre 3 575 702 $ pour la période de référence se terminant le 31 janvier 2019, comparativement à la même période l’année précédente. Entre-temps, le prix médian d’un appartement en copropriété de luxe a connu une forte augmentation de 10,2 % par rapport à l’année précédente, pour se chiffrer à 2 268 571 $ au cours de la même période. Il s’agit de l’augmentation du prix médian la plus importante parmi les deux types d’habitation de luxe dans les cinq plus grandes villes canadiennes.

« La demande concernant les maisons de luxe s’est atténuée au printemps dernier, mais l’intérêt envers les appartements en copropriété de prestige demeure fort et constant. Cette demande a rapidement créé une pression à la hausse sur le prix des appartements en copropriété de luxe, puisque l’inventaire n’y est pas. Il y a un manque quant aux unités à trois chambres offrant toutes les finitions et tous les services recherchés par les acheteurs », affirme Elli Davis, courtier immobilier, Services immobiliers Royal LePage ltée.

Sur la période de douze mois, un contraste frappant peut être constaté quant aux ventes de maisons de luxe avant et pendant les activités du marché printanier et au cours du reste de l’année. Pour ce qui est des ventes d’appartements en copropriété de luxe, les activités sont restées pratiquement inchangées comparativement à l’année précédente. Si on considère la période de douze mois analysée, les ventes de maisons luxueuses ont baissé de 40,0 %; cependant, si on examine les ventes entre le 1er juin 2018 et le 31 janvier 2019, les ventes ont augmenté d’un modeste 3,6 % comparativement à l’année précédente. Pendant la période de douze mois, les ventes d’appartements en copropriété de luxe ont diminué de 3,4 % comparativement à l’année précédente.

« Le marché des maisons de luxe de Toronto reprend de l’élan et on s’attend à un marché printanier plus actif que l’an passé, à l’exception de quelques petits secteurs », indique Mme Davis. « En général, la demande concernant les propriétés de luxe est plus forte dans la ville de Toronto, comparativement aux régions environnantes. »

Pour ce qui est des prévisions pour les douze prochains mois, le prix médian des maisons de luxe dans la région du Grand Toronto devrait augmenter de 3,2 %, comparativement à la même période en 2018, pour atteindre 3 691 700 $, alors que le prix médian des appartements en copropriété de prestige devrait connaître une hausse de 5,4 % pour se chiffrer à 2 390 405 $, à la fin de janvier 2020. Les ventes de maisons de luxe devraient bénéficier d’un marché printanier plus actif, alors que les ventes d’appartements en copropriété de luxe devraient être relativement les mêmes que l’année précédente.

Région du Grand Montréal

Les ventes d’appartements en copropriété de prestige surpassent celles des maisons de luxe dans la région du Grand Montréal.

Le marché des propriétés de luxe de la région du Grand Montréal a démontré un élan continu, tant pour le prix que pour les ventes, ce qui reflète la santé de l’économie et du marché immobilier général du secteur. Le prix médian d’une maison de luxe a augmenté de 5,4 % pour atteindre 1 680 942 $ au cours de la période de référence se terminant le 31 janvier 2019, comparativement à la même période l’année précédente. Entre-temps, le prix médian d’un appartement en copropriété de luxe a augmenté de 8,4 % au cours de la même période, pour atteindre 1 295 401 $.

Parmi les facteurs qui ont une incidence sur le prix et les ventes des propriétés de prestige à Montréal, le plus important est le faible inventaire du marché des maisons individuelles de luxe, selon Marie-Yvonne Paint, courtier immobilier, Royal LePage Heritage.

« Les mesures provinciales mises en place à Toronto et à Vancouver pour freiner l’activité des acheteurs étrangers ont fait augmenter la demande des propriétés de luxe à Montréal, mais on le constate surtout dans le marché des appartements en copropriété du centre-ville », affirme Mme Paint. « Nous observons une hausse de la demande concernant les unités en prévente où les investisseurs acquièrent souvent plusieurs appartements de façon à réaliser une économie. »

Au cours des douze mois précédant le 31 janvier 2019, les ventes de maisons de prestige dans la région du Grand Montréal ont augmenté de 21,4 % par rapport à l’année précédente, alors que les ventes d’appartements en copropriété de luxe ont connu une croissance fulgurante de 28,9 %, un taux surpassant celui du segment des propriétés individuelles.

Alors que le marché des appartements en copropriété de luxe démontre une robustesse exceptionnelle, une bonne sélection d’inscriptions est toujours offerte, soit environ 350 unités en revente en février 2019.

Pour les acheteurs qui souhaitent acquérir leur première propriété de prestige, Montréal a beaucoup à offrir.

« Pour les premiers acquérants d’une première propriété de prestige, le marché des appartements en copropriété de luxe de Montréal offre une grande diversité. Les promoteurs immobiliers construisent des appartements en copropriété en fonction de la population de la ville, de l’état des familles et de la richesse des ménages, et ils réservent souvent environ 30 % de leurs unités au marché de prestige. Cette offre convient parfaitement à ceux qui veulent une propriété de luxe et les services typiques des appartements en copropriété, tout en payant des frais d’entretien moins élevés. Dans les édifices qui sont réservés aux appartements en copropriété de luxe, on exige souvent des frais beaucoup plus élevés parce qu’il y a moins d’unités et que de nombreux services haut de gamme y sont offerts », explique Mme Paint.

Pour ce qui est des prévisions pour les douze prochains mois, le prix médian des maisons de luxe dans la région du Grand Montréal devrait augmenter de 6,6 %, pour atteindre 1 792 037 $, alors que le prix médian des appartements en copropriété de luxe devrait connaître une hausse de 7,7 % pour se chiffrer à 1 395 056 $, à la fin de janvier 2020.

Région du Grand Vancouver

Les prix médians des maisons et des appartements en copropriété de luxe diminuent après une période continue de faibles activités de vente

Au cours des douze mois précédant le 31 janvier 2019, le prix médian d’une maison de prestige dans la région du Grand Vancouver a diminué de 1,7 % pour atteindre 5 751 928 $ comparativement à la même période l’an dernier, alors que le prix d’un appartement en copropriété de luxe a décliné de 0,6 % pour atteindre 2 680 064 $. Malgré un volume de vente continuellement faible d’une année à l’autre, le prix des maisons de prestige est resté inchangé jusqu’en septembre 2018. Dans les quatre derniers mois de 2018, et au début de 2019, les vendeurs n’étaient plus en mesure d’attendre et la faible demande a fait en sorte qu’ils acceptent des offres réduites, ce qui a fait pression à la baisse sur le prix des maisons.

« Nous voyons un nombre de plus en plus grand d’acheteurs qui attendent et observent les fluctuations de prix, mais ils sont aussi préoccupés par l’imprévisibilité de la réglementation gouvernementale et ne savent pas si le moment d’acheter est bien choisi », remarque Brock Smeaton, courtier immobilier, Royal LePage Sussex.

Les ventes de maisons de prestige ont décliné pour une deuxième année, fléchissant de 50,5 % au cours de la période de douze mois étudiée, tandis que les ventes d’appartements en copropriété de luxe ont chuté de 32,2 %, comparativement à l’année précédente.

« Alors que le prix des propriétés de luxe de la région du Grand Vancouver descend, l’extrémité inférieure du marché de luxe connaît de meilleurs résultats que l’extrémité supérieure », ajoute M. Smeaton. « Pour les acheteurs qui s’intéressent aux propriétés les plus luxueuses de la ville, une excellente occasion se présente en ce moment, quant aux prix et à la sélection. »

Pour ce qui est des prévisions pour les douze prochains mois, le prix médian des maisons de luxe dans la région du Grand Vancouver devrait décliner de 7,1 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 5 341 936 $, alors que le prix médian des appartements luxueux en copropriété devrait connaître une baisse de 3,7 % pour se chiffrer à 2 580 115 $. On s’attend à ce que les ventes s’améliorent quelque peu puisque la réduction des prix et le vaste inventaire devraient stimuler les activités du marché.

Calgary

On s’attend à ce que le prix des maisons de prestige de Calgary connaisse une légère augmentation.

Le prix médian d’une maison de luxe à Calgary a augmenté de 3,2 % pour atteindre 2 012 676 $ au cours de la période de référence se terminant le 31 janvier 2019, comparativement à la même période l’année précédente. Le prix médian d’un appartement en copropriété de luxe est resté sensiblement le même, ayant connu une augmentation de 0,5 % comparativement à la même période l’an dernier, pour atteindre 903 106 $.

« Bien que le marché des appartements en copropriété de prestige de Calgary démontre toujours des faiblesses, notre marché des maisons de luxe s’est stabilisé après avoir connu des années de faibles prix », constate John Hripko, courtier associé, Royal LePage Benchmark. « Cependant, l’augmentation du prix médian peut en partie être attribuée au fait que l’extrémité supérieure du marché des propriétés de luxe est plus saine, alors que la réduction des prix dans le segment inférieur des propriétés de prestige a fait en sorte que des inscriptions se sont vues exclues de la catégorie de luxe. »

Au cours des douze mois précédant le 31 janvier 2019, les ventes de maisons de luxe ont augmenté de 10,3 % par rapport à l’année précédente, alors que les ventes d’appartements en copropriété de prestige ont chuté de 18,6 %.

« De façon générale, le marché des maisons de luxe de Calgary d’aujourd’hui est très différent de l’époque où les prix du pétrole étaient élevés, mais il y a tout de même une bonne demande concernant les maisons de luxe dans les communautés centrales du sud de la ville, comme les secteurs Elbow Park, Mount Royal et Brittania, entre autres », indique M. Hripko. « Il y a bien des années que le prix des maisons de luxe de Calgary a été pour la première fois rajusté, et le prix des inscriptions reflète habituellement la valeur réelle du marché. »

Pour ce qui est des prévisions pour les douze prochains mois, le prix médian des maisons de luxe à Calgary devrait augmenter de 1,3 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 2 039 564 $, alors que le prix médian des appartements en copropriété de luxe devrait connaître une baisse de 0,6 % pour se chiffrer à 898 047 $. Les ventes des maisons et des appartements en copropriété de prestige devraient rester inchangées.

Ottawa

Le marché des maisons de prestige à Ottawa devrait continuer à connaître de l’élan après une année d’augmentation saine des prix et des activités de vente.

Le marché des maisons de luxe d’Ottawa affiche une augmentation de prix saine pour une deuxième année. Le prix médian d’une maison de luxe à Ottawa a augmenté de 5,0 % pour atteindre 1 811 716 $ au cours de la période de référence se terminant le 31 janvier 2019, comparativement à la même période l’année précédente. Le prix médian d’un appartement en copropriété de luxe a augmenté de 3,8 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 1 005 549 $ au cours de la même période.

« Alors que l’acheteur de maison de luxe typique à Ottawa est un acheteur local qui habitera la propriété, on constate que les acheteurs réalisent que le marché des propriétés de prestige de la région constitue un bon investissement financier », indique Charles Sezlik, courtier immobilier, Royal LePage Team Realty. « L’économie locale se porte bien, stimulée par notre secteur en croissance de la technologie, lequel crée de la richesse et des emplois dans la région. En plus d’une démographie croissante, le marché des propriétés de luxe d’Ottawa bénéficie de la confiance saine des consommateurs. » Sezlik a ajouté que comparativement aux prix des maisons de luxe dans les autres grands marchés immobiliers canadiens, Ottawa peut encore prendre de l’expansion.

« L’extrémité inférieure du marché des maisons de prestige est très concurrentielle. Une bonne inscription au bon endroit ne restera pas longtemps sur le marché », affirme M. Sezlik. « Les propriétés de prestige inscrites à plus de 2 millions de dollars ont connu un ralentissement au début de 2018, mais la demande a rapidement augmenté lors de la deuxième moitié de l’année. On s’attend à ce que la demande continue à croître au début de 2019. Les prix et les ventes devraient encore une fois cette année augmenter de façon saine. »

Au cours des douze mois précédant le 31 janvier 2019, les ventes de maisons de luxe d’Ottawa étaient stables comparativement à la même période l’an dernier, mais elles ont plus que doublé comparativement aux deux années précédentes, passant de 26 à 60 ventes.

Pour ce qui est des prévisions pour le reste de l’année, le prix médian des maisons de luxe à Ottawa devrait augmenter de 4,2 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 1 887 624 $, alors que le prix médian des appartements luxueux en copropriété devrait connaître une hausse de 3,1 % pour se chiffrer à 1 036 747 $.

Au sujet du Rapport Maisons de prestige sur les propriétés luxueuses de Royal LePage

Le Rapport Maisons de prestige sur les propriétés luxueuses de Royal LePage sur le marché des propriétés de prestige fournit de l’information sur les deux types de propriétés luxueuses les plus courants au Canada, utilisant les seuils minimaux de trois fois la valeur médiane de chacun des segments étudiés, en fonction de la valeur médiane globale par type de propriété dans chaque ville. Les valeurs de prix incluent des données de l’entreprise de même que celles de sa société sœur, RPS Solutions pour propriétés résidentielles, la source de confiance en matière d’intelligence et d’analyse du marché immobilier au Canada. Les avis concernant les marchés et les prévisions sont fournis par des experts de l’immobilier de prestige résidentiel de Royal LePage, en fonction de leurs opinions et connaissances du marché.

Seuils les plus bas utilisés pour les maisons individuelles de luxe : région du Grand Toronto (3 092 476 $), région du Grand Montréal (1 235 266 $), région du Grand Vancouver (4 705 050 $), Calgary (1 669 041 $) et Ottawa (1 420 331 $). Seuils les plus bas utilisés pour les appartements en copropriété de luxe : région du Grand Toronto (1 543 909 $), région du Grand Montréal (1 002 778 $), région du Grand Vancouver (1 979 978 $), Calgary (875 285 $) et Ottawa (890 253 $).

[1] Les seuils de prix minimaux utilisés sont de trois fois la valeur médiane de chacun des types de propriété étudiés, au sein de la région métropolitaine de recensement. Pour plus d’information sur les seuils de prix, voir la section « Au sujet du Rapport Maisons de prestige sur les propriétés luxueuses de Royal LePage »

2019-02-28T14:13:43-04:00ACTUALITÉS|