);
BULLETIN D'INFORMATION POUR PROFESSIONNELS EN IMMOBILIER ET CONSTRUCTION
//Une belle décision en faveur de la biodiversité et de l’accès à la nature pour la population montréalaise

Une belle décision en faveur de la biodiversité et de l’accès à la nature pour la population montréalaise

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) se réjouit de l’annonce de la mairesse de Montréal établissant un périmètre de 30 km2 en vue de la constitution d’un grand parc dans l’ouest de l’île de Montréal. Il s’agit d’un geste fort pour la protection à long terme d’espaces verts et bleus sur l’île. Le CRE-Montréal appuie cette volonté d’augmenter les superficies protégées, de consolider et de connecter les différents milieux naturels et d’en assurer un accès convivial pour l’ensemble de la population.

« Nous pouvons désormais espérer que la population montréalaise aura accès à davantage de nature dans l’ouest de l’île de Montréal et que l’avenir n’est plus à la spéculation foncière sur ces espaces de haute biodiversité. C’est un message clair et une décision visionnaire que nous saluons. Souhaitons que les autres paliers de gouvernement et les propriétaires des terrains travailleront aussi à concrétiser ce projet nécessaire pour l’agglomération », appuie Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal.

Une pièce centrale dans la perspective d’un parc métropolitain

Les milieux naturels et espaces verts de l’ouest de l’île de Montréal constituent une pièce centrale d’un projet qui va au-delà de l’île de Montréal : la création d’un grand parc métropolitain. Depuis 2017, le CRE-Montréal, le CRE de Laval et le CRE des Laurentides ont entamé des démarches en ce sens. À l’image du parc national urbain de la Rouge de 79 km2 dans la région de Toronto, ce grand parc métropolitain, s’étendant d’Oka à Montréal et englobant une partie du lac des Deux-Montagnes, viendrait offrir à la population de la région métropolitaine un accès à la nature unique tout en contribuant à renforcer la résilience de la région métropolitaine face aux changements climatiques.

« Alors que la biodiversité est en déclin, que les impacts des changements climatiques se font sentir et que le besoin d’accès à la nature est croissant, il est primordial de protéger et de mettre en valeur notre patrimoine naturel. Pour le bien-être de la population d’aujourd’hui et de demain, nous ne pouvons plus nous permettre de perdre un seul hectare de milieux naturels », ajoute Emmanuel Rondia, responsable des campagnes Espaces verts et milieux naturels du CRE-Montréal.

Ne pas oublier l’est de Montréal

Le CRE-Montréal invite l’administration à poursuivre ses efforts de protection et de mise en valeur des milieux naturels, en vue entre autres d’atteindre l’objectif de protection de 10 % du territoire inscrit dans le schéma d’aménagement et de développement de Montréal. Dans un souci d’équité territoriale et sociale, des gestes forts devront également être posés rapidement dans l’est de l’île. La création d’un grand parc de l’Est de plus de 100 ha (1 km2), constitué du parc-nature du bois d’Anjou (toujours inaccessible et non aménagé) et du golf métropolitain d’Anjou viendrait poser les bases d’un grand réseau de parcs et d’espaces verts dans l’Est, actuellement en pleine revitalisation et qui a bien besoin d’espaces verts.

2019-08-22T10:32:27-04:00ACTUALITÉS|